Jardins hors Japon

Le jardin de pamplemousses, Iles Maurice

Une autre très belle invitation et non des moins connues lors de vos voyages lointains, est le ‘Jardin de Pamplemousses’, sans doute l’un des plus beaux jardins botaniques au monde !
Vous trouverez ce jardin tropical dans le nord de l’île Maurice dans la petite commune de Pamplemousses. Edifié au XVIIème siècle sous la férule de Pierre Poivre, gouverneur de l’Ile de France (Ile Maurice d’aujourd’hui), on y découvre une sélection des plus belles plantes récoltées sous les tropiques par ce botaniste passionné.

Il fit ses premiers essais en plantant des épices rares ; muscade, poivre et clou de girofle. Au cours de ses nombreux voyages, il importa de diverses espèces qui font qu’aujourd’hui on y trouve toutes sortes de plantes. Palmiers bouteilles, lotus, ficus en tous genres et les fameux nénuphars géants du genre Victoria, du nom de la célèbre reine d’Angleterre, s’épanouissant dans de magnifiques bassins autour desquels on respire la sérénité.

Au fil des années, des espèces botaniques rares ont été rajoutées comme des araucarias, des fougères, de superbes bougainvilliers ou encore des orchidées, de multiples espèces de palmiers…

Couvrant une superficie de 26 ha, il est aujourd’hui connu des botanistes du monde entier pour sa diversité et sa beauté.

Lors de votre visite, laissez vous guider par un guide local qui attirera votre attention sur les plus petits détails ou sur les arbres extra ordinaires comme ce talipot de Ceylan, dont les feuilles peuvent atteindre 7 mètres d’envergure.

Lors de votre balade, vous croiserez des tortues géantes ou non moins typique, de jeunes enfants mauriciens en uniforme qui viennent eux aussi découvrir leurs trésors !

Surtout ne manquez pas cette expérience unique et très nature si vous avez la chance de vous rendre sur cette île magique…

Le jardin de thé japonais, Golden Gate, San Francisco

Que diriez vous d’une agréable escapade au Jardin de Thé japonais, le jardin public le plus ancien des Etats-Unis, situé au cœur du Parc Golden Gate à San Francisco en Californie ?

Dans la culture japonaise, le jardin est considéré comme une forme d’art des plus importantes. Le jardin exprime dans un espace limité, l’essentiel de la nature en sélectionnant des plantes et des pierres tout en harmonie avec le paysage. Les plantes et les pierres sont disposées de façon à faire exprimer une signification symbolique, ou pour faire ressortir la beauté des couleurs de saison des différents arbres et arbustes choisis.

Ce Jardin permet aux visiteurs du monde entier d’expérimenter la beauté naturelle, la tranquillité et l’harmonie d’un jardin japonais au cœur du Parc Golden Gate, pour s’échapper un instant des agitations de la ville.A l’origine, quand le jardin a été créé en 1894 comme un « Village japonais » pour l’exposition californienne internationale, le site n’était qu’un petit terrain.

A la fermeture de l’exposition, l’architecte japonais Makoto Hagiwara et l’intendant John McLaren signent un accord qui va permettre à Monsieur Hagiwara de maintenir le jardin, de poursuivre son développement, comme un cadeau pour les générations futures.

Il va s’occuper du jardin à l’aide de tous ses moyens, sa créativité et sa passion, afin de rendre l’endroit jusqu’à l’état de la perfection. Il va développer le jardin jusqu’à sa taille actuelle et y vivre avec sa famille pendant plusieurs années.

En 1942, ils sont forcés de quitter leur maison avec 120 000 autre américains japonais pour des camps.

A la fin de la guerre, la famille Hagiwara n’a plus la permission de retourner dans leur maison du jardin de thé. Le jardin est désormais géré par l’Etat, par le Département des Parcs Publics, en étroite collaboration avec le Japon.

Aujourd’hui, plusieurs fois rénové, le jardin est géré par le Musée des arts Asiatiques. Il reste une des attractions les plus populaires de San Francisco, proposant des éléments classiques tels que le pont arqué en forme de tambour, les pagodes, les lanternes de pierre, les chemins de pierre, les plantes d’origine japonaise, les bassins de carpe koï et le jardin zen.

Le Jardin de Thé japonais du Parc Golden Gate est un jardin pour flâner, où les visiteurs peuvent profiter de différentes vues depuis les nombreux ponts, admirer les cerisiers en fleurs, les azalées, les magnolias orientaux, les camélias, les érables japonais, les pins nains, les cèdres et les cyprès.

La cérémonie de thé:

Au cours de sa visite du magnifique jardin japonais de thé, le visiteur est invité à assister à la célèbre cérémonie du thé, cette tradition qui comprend la préparation, le service et la dégustation du mythique thé vert matcha.

Le serveur, habillé en kimono, initie le visiteur au nettoyage d’outils spéciaux et à la présentation du thé matcha, et explique comment recevoir et boire ce thé selon les traditions et coutumes japonaises, ce qui était autrefois uniquement réservé aux prêtres japonais et à la noblesse.

Un moment hors du commun.

La maison du thé :

Plus simple mais tout aussi typique, une dégustation d’une tasse de thé dans la maison du thé complètement rénovée dans le style japonais fait parti d’une expérience à ne pas manquer.

Les célèbres biscuits de ‘fortune’ qui accompagnent cette dégustation ont été importés pour la première fois par le boulanger de Monsieur Hagiwara lui-même à ses débuts en 1914. La vue sur le paysage pittoresque et l’étang est reposante et magnifique.

Le jardin des "impressions" d'un artiste à Giverny

Pour une visite d’un jardin apaisant proche de Paris, inutile d’aller à San Francisco visiter le Japanese Tea Garden, le célèbre jardin japonais situé dans le Golden Gate Park.

Vous habitez en région parisienne ou vous êtes de passage, n’hésitez pas à visiter la maison de Claude Monet, située à Giverny à une petite heure de Paris.

On raconte que c’est lors d’un voyage en Normandie que Monet découvre par la fenêtre du train le charme du village de Giverny et sa tranquillité absolue au bord de la Seine et de l’Epte. Il s’installe dans sa maison aux volets verts en 1883 et crée ses magnifiques jardins. Claude Monet s’il n’avait pas la culture japonaise du jardin, était un grand collectionneur de revues horticoles et rechercha la perfection pour son jardin.

Tombés à l’abandon après la mort du peintre, les jardins ont été remis en l’état d’origine grâce aux efforts de l’Académie des Beaux Arts et du Conseil Général de l’Eure. Ils sont aujourd’hui sous la responsabilité de la Fondation Claude Monet.

Le fameux Clos Normand de Claude Monet est un lieu rempli de parterres de fleurs multiples aux thèmes et aux couleurs variés. Cet espace est aménagé par Claude Monet et ses jardiniers en une véritable profusion de fleurs dans des dégradés de bleu et mauve, principalement des iris, pavots rouges, ou autres fleurs jaunes ou orangées !

Claude Monet, grand perfectionniste du jardin, avait engagé jusqu’à sept jardiniers pour façonner son jardin et prendre un soin méticuleux sur chaque détail de son jardin. Un de ses jardiniers était, paraît-il, chargé d’enlever quotidiennement les gouttes de pluie ou de rosée sur les nénuphars, et supprimer chaque feuille morte pour que ce jardin reste de beauté parfaite.

La maison de Claude Monet est aussi réputée pour son Jardin d’eau et ses végétaux orientaux, ses saules pleureurs, son bassin de nénuphars et son célèbre pont japonais, photographié à des millions d’exemplaires par les touristes de la même nationalité.

Ce jardin est de fait un réel paradis pour le promeneur. L’Epte a été dévié par Claude Monet pour élaborer un véritable étang (le symbole de l’Océan) s’intégrant parfaitement et proposant au regard du promeneur un paysage apaisant : symphonie de couleurs et de reflets dans l’eau, multitudes de nénuphars et plantes aquatiques aux couleurs et lumières sans cesse renouvelées.

On ne manquera pas de s’arrêter sur le fameux pont recouvert de sa glycine blanche très odorante. Il a bien sûr inspiré les Nymphéas, peint à près de 250 exemplaires par Claude Monet, variant le format carré, rectangulaire, la taille (jusqu’à plusieurs mètres), la lumière, la couleur…

Muni de votre appareil de photo, vous pourrez tentez de prendre des « Nymphéas » dignes des tableaux de l’artiste. Les Nymphéas du peintre peuvent être admirés au Musée de l’Orangerie à Paris et dans de nombreux musées à travers le monde.

La meilleure époque pour flâner dans ce jardin d’eau est certainement la fin du printemps.

L’idéal serait de pouvoir flaner dans ce jardin à des heures différentes de la journée pour s’imprégner des ambiances ayant inspiré un des plus grands impressionnistes.

Il est toutefois difficile de profiter de l’ambiance apaisante de ce jardin victime de sa réputation et de son succès.

La maison :

On visitera l’intérieur de la maison, où tout est resté inchangé, et l’atelier avec des reproductions de ses plus fameuses toiles. On s’attardera surtout au salon, dans la salle à manger ou la chambre du peintre pour admirer la perspective vers les jardins à travers les fenêtres un grand moment pour le repos du regard.

Pratique :

Ouverture du 1er avril au 1er novembre inclus, de 9h30 à 18h00 (dernière admission à 17h30). Les jardins reçoivent chaque année plus de 530 000 visiteurs.

Astuces :

Prenez vos billets à l’avance (sur internet), évitez les WE, les périodes de vacances et les heures d’affluence. Venez tôt le matin (à l’heure où blanchit la campagne) avant l’arrivée des bus de touristes.

Munis de votre billet « Coupe-file », choisissez d’entrer directement par la porte d’accès au jardin (réservée aux groupes) située dans la ruelle Leroy à droite en regardant la maison, réservant la visite de la maison de l’artiste à la fin.

Prolongez la visite par le musée des impressionnistes (billet couplé) qui propose des expositions temporaires de qualité : « L’impressionnisme au fil de la Seine », « Bonnard », « Signac »,…

On ira prendre un en-cas au restaurant « L’ancien Hôtel Baudy » et sa roseraie où se réunissaient les peintres.